Example: dental hygienist

CHAPITRE 8 LES CEPHALEES SEMIOLOGIE ET …

CHAPITRE 8 LES CEPHALEES SEMIOLOGIE ET STRATEGIE D EVALUATION Gilles G raud et Nelly Fabre Plan du CHAPITRE 1. Conduite du diagnostic clinique devant une c phal e L interrogatoire L examen clinique 2. Orientation diagnostique C phal e nouvelle chez un patient qui n a jamais eu auparavant ce type de c phal e Les c phal es r currentes voluant par crises r p t es et st r otyp es C phal es chroniques quotidiennes C phal es circonstancielles C phal es des sp cialistes La c phal e est un sympt me extr mement fr quent, motif d appel en urgence ou de consultation chez les m decins g n ralistes et les neurologues, qui s int gre dans des tableaux cliniques tr s vari s.

CHAPITRE 8 . LES CEPHALEES . SEMIOLOGIE ET STRATEGIE D’EVALUATION . Gilles Géraud et Nelly Fabre . Plan du Chapitre. 1. Conduite du diagnostic clinique devant une céphalée

Tags:

  Chapitre, Chapitre 8 les cephalees semiologie et, Cephalees, Semiologie, Chapitre 8, Les cephalees, Semiologie et

Information

Domain:

Source:

Link to this page:

Please notify us if you found a problem with this document:

Other abuse

Transcription of CHAPITRE 8 LES CEPHALEES SEMIOLOGIE ET …

1 CHAPITRE 8 LES CEPHALEES SEMIOLOGIE ET STRATEGIE D EVALUATION Gilles G raud et Nelly Fabre Plan du CHAPITRE 1. Conduite du diagnostic clinique devant une c phal e L interrogatoire L examen clinique 2. Orientation diagnostique C phal e nouvelle chez un patient qui n a jamais eu auparavant ce type de c phal e Les c phal es r currentes voluant par crises r p t es et st r otyp es C phal es chroniques quotidiennes C phal es circonstancielles C phal es des sp cialistes La c phal e est un sympt me extr mement fr quent, motif d appel en urgence ou de consultation chez les m decins g n ralistes et les neurologues, qui s int gre dans des tableaux cliniques tr s vari s.

2 Certains de ces tableaux repr sentent une menace vitale ou fonctionnelle: ce sont les c phal es symptomatiques ou secondaires. Dans d autres cas, la c phal e est dite primitive, sans substratum l sionnel, du moins avec les examens dont on dispose l heure actuelle. Ces c phal es se produisent souvent de mani re r currente, par crises. Si la vie ou le pronostic fonctionnel ne sont pas ici menac s, l intensit de la douleur r clame un traitement rapide et efficace pour soulager le patient. Les l ments essentiels du diagnostic sont l interrogatoire et l examen clinique, et il faut pour cela savoir consacrer beaucoup de temps une premi re consultation.

3 L International Headache Society (IHS) a publi en 1988 une classification et crit res diagnostiques des c phal es, n vralgie cr niennes et douleurs de la face qui est une r f rence incontest e dans ce domaine. I CONDUITE DU DIAGNOSTIC CLINIQUE DEVANT UNE CEPHALEE L interrogatoire Les c phal es diff rent par leur mode d installation, leur si ge, leur type, leur intensit , leur mode volutif, les facteurs qui les provoquent et ceux qui les am liorent, les signes d accompagnement. L interrogatoire, pi ce ma tresse du diagnostic doit, m thodiquement, retrouver ces l ments.

4 Les caract ristiques de la douleur Depuis quand avez-vous mal la t te ? (ann es, mois, jours, ..) Avez-vous mal tous les jours ? Vos maux de t te voluent-ils par crises (p riodes o vous avez mal, entrecoup es de p riodes o vous ne ressentez rien, ou existe-t-il un fond douloureux continu) ? Avec quelle fr quence se produisent les crises: plusieurs par an, mois, jour ? - Pouvez-vous en valuer le nombre ? O si ge votre douleur (unilat rale, diffuse ..) ? En combien de temps s installe votre douleur ? (secondes, minutes, heures) A quoi ressemble votre douleur ?

5 (pulsatile, continue, ..) Quelle est l intensit de cette douleur sur une chelle de 0 10 ? (0 : pas de douleur, 10 : douleur insupportable) La douleur augmente-t-elle l exercice physique de routine ? (par exemple la mont e des escaliers) Combien de temps dure votre douleur ? (seconde, minutes, heures, jours) Quels sont les facteurs qui peuvent d clencher cette douleur, l aggraver ou au contraire l am liorer ? Les signes d accompagnement La douleur est-elle accompagn e de naus es ou vomissements ? La douleur est-elle accompagn e d une g ne la lumi re, aux bruits ?

6 Avez-vous remarqu des signes accompagnant votre douleur tels qu un larmoiement, une rougeur de l il, un gonflement de la paupi re etc ?.. La douleur est-elle d clench e dans certaines conditions : contact, froid, chaud, ingestion de certaines substances, effort physique, co t, toux, etc. ? La douleur g ne-t-elle les activit s quotidiennes ? Retentissement socioprofessionnel ? R ponse de la douleur des traitements essay s ant rieurement. Existe-t-il d autres types de maux de t te intriqu s ? Pensez-vous avoir un ou plusieurs types de maux de t te ?

7 (reprendre l interrogatoire pour chaque type de maux de t te) Le patient Age Ant c dents m dicaux Terrain : grossesse, sportif, stress, tendance prendre du poids .. M dicaments associ s Ant c dents familiaux de maux de t te, d autres pathologies, notamment vasculaires Examen clinique Il doit tre complet, neurologique et g n ral. Sur le plan neurologique, il faut appr cier le niveau de conscience, l orientation dans le temps et l espace, rechercher un trouble du langage. Il faut rechercher un syndrome m ning , tester la motricit , l quilibre, la sensibilit , notamment de la face, l int grit des nerfs cr niens, v rifier les r flexes ost o-tendineux et corn ens, rechercher un signe de Babinski.

8 Le fond d il recherche des signes d hypertension intracr nienne, notamment un d me papillaire. Sur le plan g n ral, valuer les signes vitaux (T , TA, pouls) et faire un examen somatique g n ral, en particulier palper les globes oculaires, les sinus, les art res temporales. Au d cours de ce bilan clinique, on aura pu mettre en vidence des signes d alarme (voir encart n 1) incitant prescrire des examens compl mentaires. Encart n 1 SIGNES D ALARME Sympt mes d interrogatoire installation brutale d une c phal e s v re aggravation progressive d une c phal e permanente pr sence de signes associ s.

9 O somnolence, obnubilation, pertes de m moire o alt ration de l tat g n ral, amaigrissement o troubles visuels progressifs Signes d examen fi vre raideur de la nuque troubles neurologiques focalis s asym trie des r flexes ost otendineux, signe de Babinski d me papillaire asym trie pupillaire art re temporale dure et douloureuse la palpation Sch matiquement, un bilan paraclinique s impose dans 2 situations cliniques distinctes (voir encart n 2 ) Encart n 2 Quand demander des examens compl mentaires ? Devant : Une c phal e de novo Une c phal e diff rente chez un c phalalgique connu II ORIENTATION DIAGNOSTIQUE Les c phal es sont de nature et de causes tr s diverses.

10 On peut, de fa on tr s pragmatique, distinguer 3 situations diff rentes, bas es sur les circonstances de survenue et le mode volutif de la c phal e : une c phal e nouvelle: toujours rechercher une c phal e symptomatique. une c phal e r currente (qui survient par pisodes se reproduisant de mani re identique dans le temps). Elles sont le plus souvent "primaires". une c phal e chronique quotidienne. Nous envisagerons enfin des causes diverses, regroup es sous le terme de c phal es des sp cialistes , diagnostics souvent voqu s en pratique quotidienne, parfois avec exc s.