Example: bankruptcy

Le Parcours d’activités santé seniors - amcoorhb.fr

Dossier de presseDirection r gionale de la jeunesse, des sportset de la coh sion sociale de Bretagne4 avenue du Bois Labb - CS 94323 - 35043 RENNES l : 02 23 48 24 00 - Courriel : -Le Parcours d activit s sant seniors :Une innovation th rapeutique bretonne au service de la sant des seniorsDirection r gionale de la jeunesse, des sportset de la coh sion sociale de Bretagne4 avenue du Bois Labb - CS 94323 - 35043 RENNES l : 02 23 48 24 00 - Courriel : -Le Docteur Michel TREGARO2G n raliser et professionnaliserles activit s physiques et sportivesen tablissements herbergeant despersonnes g es d exp rimentation a t mise en place en Bretagne l inititative de la direction r gionale de la jeunesse des sports et de la coh -sion sociale (DRJSCS), en collaboration avec le campus de l excellence sportive et le soutien financier du minist re charg des sports dans le cadre du programme Bien Vieillir.

Genèse Le parcours activités santé seniors s’inscrit dans un projet global de maintien de l’autonomie des personnes âgées. Le projet s’est construit en partant d’un double constat: les bienfaits des activités

Information

Domain:

Source:

Link to this page:

Please notify us if you found a problem with this document:

Other abuse

Transcription of Le Parcours d’activités santé seniors - amcoorhb.fr

1 Dossier de presseDirection r gionale de la jeunesse, des sportset de la coh sion sociale de Bretagne4 avenue du Bois Labb - CS 94323 - 35043 RENNES l : 02 23 48 24 00 - Courriel : -Le Parcours d activit s sant seniors :Une innovation th rapeutique bretonne au service de la sant des seniorsDirection r gionale de la jeunesse, des sportset de la coh sion sociale de Bretagne4 avenue du Bois Labb - CS 94323 - 35043 RENNES l : 02 23 48 24 00 - Courriel : -Le Docteur Michel TREGARO2G n raliser et professionnaliserles activit s physiques et sportivesen tablissements herbergeant despersonnes g es d exp rimentation a t mise en place en Bretagne l inititative de la direction r gionale de la jeunesse des sports et de la coh -sion sociale (DRJSCS), en collaboration avec le campus de l excellence sportive et le soutien financier du minist re charg des sports dans le cadre du programme Bien Vieillir.

2 La 4 me promotion d ducateurs sportifs vient de terminer la formation th orique du certi-ficat de sp cialisation Animation et maintien de l autonomie de la personne (CS AMAP). 40 emplois ont pu tre consolid s via les professions sport et les groupements d tablissements h bergeant des personnes g es d pendantes (EHPAD) b n ficiant de l intervention d un ducateur sportif ont particip en juin dans le morbihan aux 3 me olym-piades inter maisons de retraite. 26 taient repr sent es soit 260 concurrents g s de 85 102 ans (une premi re mondiale ?).Un Parcours d activit s sant seniors (PASS) a t mis en place l EHPAD de Saint-Jacut -les-Pins ( tablissement r f rent pour la formation) avec l aide de b n voles et avec la parti-cipation de la section travaux paysagers d un lyc e PASS la disposition des ducateurs sportifs, des ergoth rapeutes, des psychomotri-ciens, kin s, animateurs, enrichi d un jardin des sens, a vocation tre g n ralis.

3 Formation, cr ation d emplois, olympiades, Parcours de sant , tout ceci est facteur de coh -sion sociale, de solidarit , de relations interg n rationnelles, de bien- tre et de qualit de vie de nos a n d avoir partag cette contexte breton Le projetLe volet emploi - formationL EHPAD Le Parcours (PASS)Les agr sBilan d hui76 l indice de vieillissement* en Bretagne contre 67 pour l ensemble de la ,8 % de la population bretonne a plus de 60 ans (soit environ 700 000 personnes) contre 20,7% en 000 personnes g es sont d pendantes (dont 63% ont plus de 80 ans).DemainD ici 2050, la population totale de la Bretagne passerait de 3,1 millions d habitants 3,7 millions, soit une hausse d environ 20% sur la p riode. Cette croissance d mogra-phique aurait pour principal moteur le solde migratoire tandis que le solde naturel, tradi-tionnellement positif, deviendrait quant lui de plus en plus n gatif.

4 De 700 000 personnes de plus de 60 ans en 2005, on pourrait passer en 2050, 1 300 000 contexte bretonLa d pendanceUne personne g e de plus de 60 ans peut tre qualifi e de d pendante , si elle n est pas capable sans aide, d effectuer certains actes de la vie quoti-dienne du fait de son tat phy-sique et/ou : INSEE Une population g e sup rieure la moyenne nationale Pr s de 7% des personnes g es sont d pendantes Une d mographie bretonne dynamique, un vieillissement accentu Une tr s forte hausse du nombre de personnes g es d ici 20504* L indice de vieillissement est le nombre de personnes g es de 65 ans et plus pour 100 g es de moins 20 ans. Plus l indice est lev , plus le d s quilibre entre s niors et jeunes est prononc . Source : INSEEGen seLe Parcours activit s sant seniors s inscrit dans un projet global de maintien de l autonomie des personnes g es.

5 Le projet s est construit en partant d un double constat : les bienfaits des activit s physiques et sportives, en particulier chez la personne g e en tablissement h bergeant des personnes g es d pendantes et la pr carit de la situation professionnelle des ducateurs projet a vocation : Favoriser le maintien de l autonomie et du bien- tre des personnes g es ; G n raliser et professionnaliser les activit s physiques et sportives (APS) en tablisse-ment h bergeant des personnes g es d pendantes (EHPAD) ; Former des ducateurs sportifs sp cialis s et faciliter la cr ation d n ficesLe projet comporte de nombreux b n fices :Pour les personnes g es : un maintien de l autonomie et un mieux- tre aux effets concrets et mesurables ;Pour les EHPAD : une embauche facilit e d ducateurs sportifs sp cialis s. Une diminution des budgets li s la r ducation post-chute des personnes ag es ;Pour les ducateurs sportifs : une formation sp cialis e (certificat de sp cialisation anima-tion et maintien de l autonomie de la personne ; la cr ation d emplois qualifi s.)

6 Un projet global, des b n fices multiples. Une aide au maintien de l autonomie et du bien- tre des personnes g es Une g n ralisation et une professionnalisation des activit s physiques et sportives en tablissement h bergeant des personnes g es d pendantesLe projet5La formation : le certificat de sp cialisation animation et maintien de l autonomie de la personne Accessible aux candidats titulaires du BP JEPS (Brevet Professionnel de la jeunesse, de l ducation popu-laire et des sports), ce certificat de sp cialisation animation et maintien de l autonomie de la personne a pour vocation de former des professionnels connais-sant parfaitement l environnement des maisons de retraites, ayant galement des connaissances sur le vieillisse-ment biologique, psychologique, socio conomique et capable de mettre en oeuvre une p dagogie adapt e aux personnes g acquisition de ses connaissances, de ses savoir faire et savoir tre, passent notamment par le stage pratique en ta-blissement h bergeant des personnes g es d pendantes (EHPAD).

7 L e m p l o iPour faciliter l emploi de ces ducateurs sp cialis s par les EHPAD, une convention a t sign e en 2007 entre la DRJSCS, Profession Sport 56 et le groupement d employeurs Sport Bretagne .L ducateur sportif peut intervenir dans plusieurs tablissements mais n a qu un seul employeur : le groupement d employeur. Pour l EHPAD, cela vite une embauche directe. L t a-blissement paie une prestation. Former des ducateurs sp cialis s gr ce au certificat de sp cialisation animation et maintien de l autonomie de la personne (CS AMAP) Cr er des emplois via un groupement d employeurs Int grer les ducateurs sportifs sp cialis s en EHPADLe volet emploi et formationQuelques chiffres2007- 2008 : premi re promo-tion du CS AMAP au CREPS de ducateurs sportifs ont t form s depuis EHPAD emploient actuelle-ment des ducateurs sp cialis tablissements h bergeant des personnes g es d pendantes (EHPAD)Un tablissement d h bergement pour personnes g es d pendantes est en France la forme d institution pour personnes g es la plus r pandue.

8 Un EHPAD est un tablissement m dico-social. Les EHPAD disposent d quipements adapt s et de personnels sp cialis s. En Bretagne, on compte environ 477 EHPAD de Saint-Jacut-les-Pins : tablissement piloteD s 2007, une salle d exercices a t am nag e l EHPAD de Saint-Jacut-les-Pins. G ce l aide des minist res charg s de la sant et des sports et de Profession sport 56, l tablissement a pu se doter d un quipement ludique et sportif. Le directeur Bruno Carel a toujours t tr s attach la pr vention, c est pourquoi c est assez naturellement qu il a t d cid de r aliser et construire le pre-mier Parcours d activit sant seniors l EHPAD de Saint-Jacut-les-Pins faisant ainsi de l tablissement un tablissement pilote. Des quipements adapt s et des personnels sp cialis s. La pr vention : premi re pr occupation L EHPAD de Saint-Jacut-les-Pins : tablissement piloteL EHPADB runo CAREL - Directeur de l EHPAD de St-Jacut-les-PinsLa vieillesse n est pas une fatalit lorsqu elle est accompagn e d un projet de vie pour chacune des personnes g es tenant compte de leurs aptitudes physiques et psy-chiques.

9 C est la raison pour laquelle la Maison d Accueil Ang lique le Sourd situ e Saint Jacut les Pins dans le Morbihan, nous avons voulu compl ter notre dispositif d accompagnement pour ses r sidents en leur proposant un Parcours de sant nova-teur cr par le Docteur parcoursLe Parcours sant est compos d une suite d exercices qui vont, chacun solliciter et stimuler dif-f remment les capacit s physiques et cognitives de la personne g e. Le Parcours est compos de 10 agr s. Au centre du Parcours sant , un jardin des cinq sens permet d activer et de stimuler chacun des sens. Le son du jet de la fontaine centrale relaxe et d ensemble des activit s est men sous le contr le d un ducateur sportif sp cifique-ment qualifi (CS AMAP), qui adapte et module les activit s et le Parcours chaque b n fices Un mieux- tre la fois physique et psychologique pour la personne g e.

10 Une am lioration de l autonomie de la personne. Une baisse du nombre de chutes. Lorsqu elles surviennent, les chutes sont moins graves. Les personnes g es, plus souples et plus muscl es sont moins victimes de r alisationLe PASS a t con u par le m decin conseiller de la direction r gionale de la jeunesse, des sports et de la coh sion sociale de Bretagne : le docteur Michel TREGARO. Il a ensuite t construit et r alis de mars juillet 2011 la maison de retraite Ang lique le Sourd Saint-Jacut-les-Pins dans le Morbihan. Ont particip la construction : le docteur TREGARO lui m me, une quipe de b -n voles recrut s en partie dans les familles des r sidents, la section paysagiste de l ESAT de Redon, les r sidents et le personnel de la maison de retraite. La fondation Yves Rocher s est galement engag e fournir et renouveler chaque ann e les plantes du jardin multi-sensoriel.


Related search queries