Example: bachelor of science

Méthanisation de déchets issus de l’élevage, de l ...

M thanisation de d chets issus de l' levage, de l'agriculture et de l'agroalimentaire L'Institut national de recherche et de s curit (INRS). Dans le domaine de la pr vention des risques professionnels, l'INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille, au plan institutionnel, avec la CNAMTS, les Carsat, Cram, CGSS. et plus ponctuellement pour les services de l' tat ainsi que pour tout autre organisme s'occupant de pr vention des risques professionnels. Il d veloppe un ensemble de savoir-faire pluridisciplinaires qu'il met la disposition de tous ceux qui, en entreprise, sont charg s de la pr vention : chef d'entreprise, m decin du travail, CHSCT, salari s.

La directive 1999/92/CE du 16écembre d 1999, communément appelée « directive ATEX sociale, concerne les prescriptions minimales » visant à améliorer la protection en matière de sécu -

Information

Domain:

Source:

Link to this page:

Please notify us if you found a problem with this document:

Other abuse

Transcription of Méthanisation de déchets issus de l’élevage, de l ...

1 M thanisation de d chets issus de l' levage, de l'agriculture et de l'agroalimentaire L'Institut national de recherche et de s curit (INRS). Dans le domaine de la pr vention des risques professionnels, l'INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille, au plan institutionnel, avec la CNAMTS, les Carsat, Cram, CGSS. et plus ponctuellement pour les services de l' tat ainsi que pour tout autre organisme s'occupant de pr vention des risques professionnels. Il d veloppe un ensemble de savoir-faire pluridisciplinaires qu'il met la disposition de tous ceux qui, en entreprise, sont charg s de la pr vention : chef d'entreprise, m decin du travail, CHSCT, salari s.

2 Face la complexit des probl mes, l'Institut dispose de comp tences scientifiques, techniques et m dicales couvrant une tr s grande vari t de disciplines, toutes au service de la ma trise des risques professionnels. Ainsi, l'INRS labore et diffuse des documents int ressant l'hygi ne et la s curit du travail : publications (p riodiques ou non), affiches, audiovisuels, multim dias, site Internet . Les publications de l'INRS sont distribu es par les Carsat. Pour les obtenir, adressez-vous au service Pr vention de la caisse r gionale ou de la caisse g n rale de votre circonscription, dont l'adresse est mentionn e en fin de brochure. L'INRS est une association sans but lucratif (loi 1901).

3 Constitu e sous l' gide de la CNAMTS et soumise au contr le financier de l' tat. G r par un conseil d'administration constitu parit d'un coll ge repr sentant les employeurs et d'un coll ge repr sentant les salari s, il est pr sid alternativement par un repr sentant de chacun des deux coll ges. Son financement est assur en quasi-totalit . par le Fonds national de pr vention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Les caisses d'assurance retraite et de la sant au travail (Carsat), les caisses r gionales d'assurance maladie (Cram). et caisses g n rales de s curit sociale (CGSS). Les caisses d'assurance retraite et de la sant . au travail, les caisses r gionales d'assurance maladie et les caisses g n rales de s curit sociale disposent, pour participer la diminution des risques professionnels dans leur r gion, d'un service Pr vention compos d'ing nieurs-conseils et de contr leurs de s curit.

4 Sp cifiquement form s aux disciplines de la pr vention des risques professionnels et s'appuyant sur l'exp rience quotidienne de l'entreprise, ils sont en mesure de conseiller et, sous certaines conditions, de soutenir les acteurs de l'entreprise (direction, m decin du travail, CHSCT, etc.) dans la mise en uvre des d marches et outils de pr vention les mieux adapt s chaque situation. Ils assurent la mise disposition de tous les documents dit s par l'INRS. Toute repr sentation ou reproduction int grale ou partielle faite sans le consentement de l'INRS, de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite. Il en est de m me pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction, par un art ou un proc d quelconque (article L.)

5 122-4 du code de la propri t intellectuelle). La violation des droits d'auteur constitue une contrefa on punie d'un emprisonnement de trois ans et d'une amende de 300 000 euros (article L. 335-2 et suivants du code de la propri t intellectuelle). INRS, 2013. Conception graphique et mise en pages : Michel Ma tre, Illustrations (de couverture et int rieures) : Jean-Andr Deledda, M thanisation de d chets issus de l' levage, de l'agriculture et de l'agroalimentaire Risques et prescriptions de s curit . ED 6153. juin 2013. Ce document a t r alis par un groupe de travail pilot par l'INRS et compos des personnes suivantes : A. Bec, F. Boutin, P. Delaunois (Direccte Bretagne), J.

6 Beillevaire, A. Giraudeau, S. Moreau (Direccte Pays de la Loire), G. Mauguen, T. Palka, G. Petegnief (Carsat Bretagne), C. David, F. Marc, B. Sall (INRS). Sommaire 1 M thanisation et biogaz 5. Le principe de la m thanisation 5. Le biogaz 9. 2 Risques li s aux produits 11. Risques biologiques 12. Risques chimiques 12. Risques d'asphyxie 13. Risques d'explosion 13. 3 Risques et mesures de pr vention 17. chaque tape du proc d de m thanisation en phase humide Alimentation en mati res organiques 18. Digestion et production de biogaz 21. Production d' nergie 24. S paration m canique du digestat 27. Gestion du site 29. Maintenance des installations 32. 4 Cas de la m thanisation discontinue par voie s che 33.

7 Phase de chargement 33. Phase de d chargement 34. Proposition de zonage 34. Annexe. Les bonnes pratiques en phase de conception 35. L'avant-chantier 35. La r alisation de chantier 36. Les points essentiels pour l'installation d'un chantier de m thanisation 37. Bibliographie 39. Dans le cadre de la r duction des impacts envi- ronnementaux (gaz effet de serre entre autres), la stabilisation des d chets issus de l' levage, de l'agriculture et de l'agroalimentaire, notamment par le proc d de m thanisation, est devenue un enjeu pour les professionnels. La d composition des d chets organiques, dans des conditions parti- culi res, produit en effet du gaz valorisable comme combustible.

8 Apr s avoir d taill le principe de la m thanisa- tion et sa mise en uvre, ce document aborde les principaux risques li s chacune des tapes du proc d et les principales prescriptions de s curit . associ es, l'intention de l'ensemble des acteurs de la fili re (conception, exploitation, mainte- nance ). 4. M thanisation et biogaz 1. 1 1 Le principe de la m thanisation Le principe de la m thanisation est identique ce- valoris en fertilisant naturel ou matur en compost. lui qui se d roule naturellement dans la panse des Le digestat liquide est, quant lui, r utilis dans ruminants : en l'absence d'oxyg ne, des bact ries le process pour fluidifier et r ensemencer le m - sp cifiques d gradent les mati res organiques tout thaniseur ou d cant pour faire de l'engrais liquide.

9 En produisant du biogaz, m lange de plusieurs gaz. Diff rentes approches du proc d de m thanisa- Ce processus sera plus ou moins long selon la tem- tion existent en fonction de l' tat de la mati re p rature optimale de croissance des bact ries pr - d'alimentation (intrants solides ou liquides) et de la sentes : trois cinq semaines pour des bact ries quantit traiter ; un proc d en phase s che, en m sophiles se d veloppant entre 20 et 30 C ou phase humide ou en phase liquide peut tre mis en deux trois semaines pour des bact ries thermo- uvre 1. Actuellement, le proc d en phase humide philes se d veloppant entre 45 et 80 C. est le plus r pandu car il permet, entre autres, le Le biogaz ainsi form est compos principalement traitement d'une plus grande diversit d'intrants.

10 De m thane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2). Il C'est donc ce type de proc d qui est d crit pr - est ensuite utilis comme combustible, par exemple, f rentiellement dans ce document (voir figure 1). sur place en cog n ration : il alimente un moteur thermique qui produit de l' nergie lectrique par La m thanisation par voie s che en processus l'entra nement d'un alternateur et de la chaleur, discontinu fait galement l'objet d'une attention utilisable en chauffage par change thermique. particuli re sur certains points. Les op rations de En parall le de la production du gaz, le r sidu de chargement des intrants et de d chargement du fermentation (digestat) est trait , essentiellement digestat seront en effet abord es car elles peuvent par s paration m canique, afin d'extraire la partie li- n cessiter la pr sence d'une personne dans le quide de la partie solide.