Example: air traffic controller

Vaccination en République Démocratique du Congo

Vaccination en R publique D mocratique du Congo Analyse du contexte et recommandationsseptembre 2016 REMERCIEMENTS PATH reconna t les efforts des principales parties prenantes qui ont norm ment contribu l laboration de ce document. Nous remercions tout particuli rement les institutions gouvernementales suivantes pour avoir pris le temps de partager des informations utiles sur la Vaccination en R publique D mocratique du Congo : Minist re des finances, minist re du budget, le Programme largi de Vaccination du minist re de la Direction d tudes et Planification du Minist re de la sant . Nous adressons galement nos sinc res remerciements aux organisations partenaires, en particulier Gavi, l Alliance du vaccin, l Organisation Mondiale de la Sant , l UNICEF, Sabin Vaccine Institute, la Croix Rouge et la plateforme de la soci t civile locale en particulier l ONG Soins de Sant Primaire en Milieu Rural et Urbain pour avoir consacr du temps et fourni des informations visant enrichir cette valuation de la situation de l environnement politique de Vaccination en R publiq

de la situation afin de mieux comprendre le contexte des politiques de vaccination de vaccination en RDC et identifier les opportunités où une position plus ferme du

Tags:

  Vaccinations

Information

Domain:

Source:

Link to this page:

Please notify us if you found a problem with this document:

Other abuse

Transcription of Vaccination en République Démocratique du Congo

1 Vaccination en R publique D mocratique du Congo Analyse du contexte et recommandationsseptembre 2016 REMERCIEMENTS PATH reconna t les efforts des principales parties prenantes qui ont norm ment contribu l laboration de ce document. Nous remercions tout particuli rement les institutions gouvernementales suivantes pour avoir pris le temps de partager des informations utiles sur la Vaccination en R publique D mocratique du Congo : Minist re des finances, minist re du budget, le Programme largi de Vaccination du minist re de la Direction d tudes et Planification du Minist re de la sant . Nous adressons galement nos sinc res remerciements aux organisations partenaires, en particulier Gavi, l Alliance du vaccin, l Organisation Mondiale de la Sant , l UNICEF, Sabin Vaccine Institute, la Croix Rouge et la plateforme de la soci t civile locale en particulier l ONG Soins de Sant Primaire en Milieu Rural et Urbain pour avoir consacr du temps et fourni des informations visant enrichir cette valuation de la situation de l environnement politique de Vaccination en R publique D mocratique du Congo .

2 Copyright 2016, PATH. Tous droits r serv f rence sugg r e : PATH. Immunization in the Democratic Republic of the Congo : Landscape Analysis and Policy Recommendations. Seattle : PATH ; 2016. Photo de couverture : PATH/Felix MasiSOMMAIRE Abr sum ..Introduction ..Objectif et m thodes de l tude du contexte politique de politique de Vaccination .. Vaccination en R publique d mocratique du ..Conclusion .. 4556661011 Vaccination EN R PUBLIQUE D MOCRATIQUE DU CONGO4 ABR VIATIONS CCI Comit Inter Agence Strat gique DTC3 Dipht rie, t tanos, coqueluche GEV Gestion efficace des vaccinsMS Minist re de la sant OMS Organisation mondiale de la sant PA M V Plan d action mondial pour les vaccins PEV Programme largi de vaccinationPNDS Plan national de d veloppement sanitaire PPAc Comprehensive Multi-Year Plan for Immunization (Plan pluriannuel complet pour la Vaccination )

3 R E PAC AV R seau des parlementaires congolais pour l appui la Vaccination Financement de la Vaccination RDC R publique d mocratique du Congo RSS Renforcement des syst mes de sant SIGL Syst me d information de gestion logistique UNICEF United Nations Children s Fund (Fonds des Nations Unies pour l enfance) AO T 20165R SUM Au cours des 25 derni res ann es, la R publique D mocratique du Congo (RDC) a plus ou moins am lior la sant des femmes et des enfants. Gr ce aux engagements du gouvernement et de nombreuses politiques qui privil gient la sant de la m re, du nouveau-n et des enfants, les taux de mortalit ont diminu et un plus grand nombre de personne peuvent d sormais acc der aux services de sant importants, y compris la Vaccination .

4 Cependant, de nombreuses familles congolaises n ont toujours pas acc s des services de sant essentiels de qualit qui pourraient pr venir et traiter les principales causes de d c s. L insuffisance des ressources pour la sant reste l un des plus grands obstacles une r duction de la mortalit plus importante. En 2013, le budget sant ne repr sentait que 3,5 pour cent du produit int rieur brut total, et les retards de d caissement et les priorit s concurrentes affectaient souvent la couverture, la coh rence et la qualit des services (Base de donn es de l Observatoire mondial de la sant disponible l adresse ).Au d but de l ann e 2016, PATH a entrepris une analyse de la situation afin de mieux comprendre le contexte des politiques de Vaccination de Vaccination en RDC et identifier les opportunit s o une position plus ferme du leadership, une meilleure coordination et un changement de politique pourraient entra ner une plus grande couverture vaccinale syst matique.

5 La Vaccination reste l une des interventions en mati re de sant publique les plus critiques pour les m res, les nouveau-n s et les enfants en RDC. L analyse incluait l'examen des politiques ainsi que des entrevues avec les intervenants et les d cideurs qui r gissent la Vaccination en RDC. Le rapport examine les principales difficult s en mati re de Vaccination telles que la gestion et la livraison des vaccins ainsi que les retards dans les engagements financiers nationaux. Afin de s assurer que toutes les femmes et enfants aient un acc s quitable aux programmes de Vaccination , PATH propose les recommandations suivantes : Mener un suivi pour la construction des trois entrep ts promis par le gouvernement. Mettre en uvre un syst me d information de gestion logistique (SIGL) permettant d am liorer la quantification, l'approvisionnement et la livraison des vaccins du niveau national et provincial dans les zones de sant.

6 Adopter une loi sur la sant et qui inclut la Vaccination comme une d pense contraignante dans le budget de l tat. Vulgariser les politiques de Vaccination aux autorit s provinciales nouvellement lues pour l appropriation et la mise en uvre dans les provinces. Am liorer l embauche, les comp tences et la r tention des agents de sant par le biais de formations r guli res et de possibilit s d avancement. Mettre en place un cadre r glementaire pour clarifier les r les et responsabilit s entre les autorit s au niveau national et celles du niveau provincial en ce qui concerne la Vaccination . Les actions entreprendre pour mettre en uvre ces recommandations contribueront am liorer l acc s la Vaccination et cr er un avenir meilleur pour les femmes, les nouveau-n s et les enfants en RDC.

7 ANGOLAREPUBLIC OF THE CONGOGABONCENTRAL AFRICAN REPUBLICCAMEROONSOUTH SUDANZAMBIATANZANIAUGANDARWANDABURUNDIR publiqueD mocratique du Congo KinshasaHaut KatangaTshopoKasaifigure 1. La RDC s tend sur une superficie de deux tiers de la taille de l Europe Situ e au centre de l Afrique, la RDC s' tend sur une superficie de 2 345 409 km , environ les deux tiers de la taille de l'Europe occidentale (Figure 1). Avec une population de 77 millions d habitants, le pays est g ographiquement et culturellement diversifi , avec de nombreuses communaut s loign es, pratiquement inaccessibles. Apr s des d cennies de conflit, la RDC a fait des progr s significatifs dans la reconstruction de son syst me de sant effondr . La Vaccination est une priorit politique essentielle, avec des engagements pour renforcer les programmes de Vaccination et augmenter les financements manant des plus hauts niveaux du gouvernement.

8 Lors de la Conf rence minist rielle africaine en f vrier 2016, le ministre de la Sant de la RDC, Son Excellence F lix Kabange Numbi Mukwampa, a approuv la d claration r sultant sur l acc s universel la Vaccination pour qu il devienne une pierre angulaire de la sant et du d veloppement en RDC. Plus pr cis ment, le gouvernement s est engag am liorer l acc s la Vaccination pour r duire la mortalit et la morbidit infantiles, augmenter et maintenir les investissements nationaux et les allocations de fonds et maintenir une surveillance de qualit pour les maladies vitables par la Vaccination cibl es en RDC. Ces engagements se fondent Vaccination EN R PUBLIQUE D MOCRATIQUE DU CONGO6sur le Plan d action mondial pour les vaccin (PAMV) 2011-2020, dans lequel la RDC a promis d'augmenter les taux de couverture vaccinale nationale et provinciale.

9 Ces engagements renforcent les politiques nationales qui privil gient l acc s universel aux vaccins essentiels. Le Plan national de d veloppement sanitaire du pays reconna t la Vaccination comme un l ment critique des programmes de sant . La strat gie de renforcement des syst mes de sant met l accent sur l'am lioration des comp tences des agents de sant afin qu ils administrent en toute s curit des vaccins et qu ils recueillent des donn es sur la couverture. Toutefois, ces engagements mondiaux et les politiques nationales n ont pas fourni les ressources suffisantes ainsi que des m canismes n cessaires pour atteindre les communaut s les plus vuln rables de la RDC. Le budget national de sant de la RDC est quivalent 70 millions de dollars, parmi les plus faibles dans le monde, laissant des services de sant de base inaccessibles pour la plupart, et contribuant une mauvaise sant , y compris pour moins de la moiti des enfants g s de 12 23 mois qui re oivent des vaccins, et un sur sept mourant de maladies vitables par la Vaccination avant cinq ans.

10 (Plan pluriannuel complet pour la Vaccination de la RDC, 2015-2019). Le syst me de sant du pays est largement tributaire de donateurs : en 2012, le gouvernement a fourni seulement 8 pour cent du budget pour la Vaccination du pays (Fiche d informations sur le cofinancement de Gavi en RDC, f vrier 2016, disponible l adresse ). Malgr le doublement des allocations budg taires au cours des quatre derni res ann es, les ressources actuelles ne r pondent pas aux besoins de livraison des vaccins dans l ensemble du pays. En outre, les fonds allou s sont souvent compromis par des retards dans les d caissements. En 2015, par exemple, la part du co-financement du gouvernement s levait 8,37 millions mais jusqu la fin de l ann e il n a d bours que 2,37 million (28 pour cent).


Related search queries